SAISISSEZ VOTRE RECHERCHE

Ne vous laissez pas abuser par la petite ville de Dekemhare qui sommeille à une trentaine de kilomètres au sud d’Asmara. Loin d’être un patelin tranquille, Dekemhare est une ville emblématique de l’Histoire récente de l’Érythrée. Elle vaut largement une journée de visite !

Le site de Dekemhare est occupé dès le XVème siècle. Cependant, la colonisation italienne bouleverse le petit village isolé d’autrefois. A partir de 1935, les autorités coloniales choisissent de faire du site de Dekemhare une base logistique majeure dans l’optique de la conquête de l’Ethiopie décidée par Mussolini.

La construction de Dekemhare

Les Italiens construisent une route bétonnée entre Asmara et Dekemhare. Ils la prolongent ensuite jusqu’à la frontière éthiopienne pour préparer l’agression. En parallèle, des colons mettent en culture les terres autour de Dekemhare. L’objectif des Italiens est de créer un centre agricole dédié principalement à la culture du vin. Dans la ville elle-même, les Italiens construisent de nombreuses usines qui vont produire des pâtes, du pain et même des chaussures.

erythree-voyage-dekemhare-architecture-art-deco-tourisme

Dekemhare devient également un centre de transport majeur avec de nombreux garages et des dépôts de carburants. Témoignage de cette époque, la gare routière a des dimensions démesurées. Elle est toujours desservie par les quelques bus qui la relient aux villes voisines.

Comme à Asmara, le style moderniste prédomine lors de la construction de Dekemhare. De nombreux bâtiments témoignent encore de cette époque, un régal pour le photographe amateur !

 erythree-voyage-dekemhare-architecture-art-deco-tourisme

En 1938, la ville compte 12 000 habitants dont 6 000 colons italiens. Néanmoins, l’apogée durera peu de temps.

Le déclin rapide

La conquête britannique en 1941 et le banditisme des années 1947 – 1951 poussent les colons italiens à l’exil. En conséquence, les industries périclitent et ferment les unes après les autres. La ville si prospère se transforme en ville fantôme. On y dénombre quelques milliers d’habitants au moment de l’annexion éthiopienne en 1951.

A partir des années 1960, les habitants de Dekemhare nourrissent un fort ressentiment contre le gouvernement d’Hailé Sélassié. En effet, ils le tiennent pour responsable du déclin de Dekemhare. Des rumeurs persistantes rapportent le refus de l’empereur éthiopien de permettre à des entreprises occidentales de venir reprendre les industries laissées par les Italiens.

erythree-voyage-dekemhare-architecture-art-deco-tourisme

C’est ainsi que Dekemhare devient l’un des foyers principaux de la guérilla indépendantiste au moment de la guerre d’indépendance (1961 – 1991). La ville est même conquise brièvement par la rébellion en 1977. Les guérilleros de l’EPLF doivent cependant l’abandonner l’année suivante pour se replier sur leur bastion de Nakfa.

La libération de Dekemhare marque la fin de l’occupation éthiopienne

La population reste cependant loyale à la guérilla indépendantiste et continue d’aider la rébellion par tous les moyens possibles. En 1990, les forces éthiopiennes s’établissent en force à Dekemhare pour contenir l’armée de libération. Cette dernière a brisé le statu quo et gagne de plus en plus de terrain.

erythree-voyage-dekemhare-architecture-art-deco-tourisme

En mai 1991, a lieu l’une des batailles les plus intenses de la guerre. L’EPLF défait les forces éthiopiennes lors d’une bataille qui voit s’affronter 80 000 hommes avec chars, canons et DCA. La déroute des forces éthiopiennes est totale. Les forces indépendantistes peuvent ensuite entrer sans combat dans Asmara le 24 mai 1991. Cette date marque la libération totale du territoire érythréen de l’occupant éthiopien. Depuis, le 24 mai est devenu le jour de la fête nationale en Érythrée.

Malgré sa petite taille, Dekemhare est donc une ville centrale dans l’Histoire érythréenne et vaut largement une visite d’une journée. Elle est accessible en bus depuis la gare routière d’Asmara. Comptez une heure de trajet dans un bus sans âge roulant à 30km/h. Le trajet se fera en compagnie des poules et des chèvres des habitants venus vendre leurs marchandises à Asmara.

Le centre-ville est à environ 1 kilomètre à pied en suivant la route principale. Les bâtiments sont en bon état et se prêtent bien aux photos. Il existe de nombreux restaurants pour déjeuner et vous rafraîchir un peu. Ne soyez pas étonnés si les habitants vous regardent avec un air curieux : il n’y a quasiment jamais de touristes à Dekemhare !

share